Lycéens et apprentis au cinéma en Provence-Alpes-Côte d'Azur
Lycéens et apprentis au cinéma en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Quinzaine des Réalisateurs

La section cannoise de la Quinzaine des Réalisateurs a programmé cette année 18 long-métrages et 2 programmes de court-métrages. Le projet 'Factory' a par ailleurs été renouvellé cette année entre la France et l'Afrique du Sud, permettant la réalisation et projection de 5 court-métrages.

 

Voir le site officiel de la Quinzaine des Réalisateurs

 

 

South Factory

 « Ce film est visuellement très travaillé, surtout par rapport aux ombres et à la lumière, les couleurs sont très sombres également. Ce court-métrage a été véritablement de loin le plus dur à comprendre pour beaucoup d’entre nous. […] Nous avons l’impression que ce court-métrage a voulu nous perdre, pour peut-être nous faire forger nos propres théories. »

 

- Manon Berta, Laura Convert et Noémie De Sousa du Lycée Matisse de Vence, à propos du court-métrage Gallo Rojo au sein du projet South Factory, réalisé par Zamo Mkhwanazi et Alejandro Fadel

 

 

 

 « Un thème très original, frais et qui utilise un registre comique. L’histoire est plaisante mais elle dénonce une certaine discrimination dans le monde du spectacle,  cause des stéréotypes et des carnations de peau. Un sujet sérieux traité avec humour, où l’on se prend vite de compassion pour Shaka. C’est un court-métrage très bien réalisé, notamment la dernière scène filmée en contre-plongée, soulignant le paradoxe léger sur la supériorité du personnage principal pendant son spectacle. »

 

- Laëticia Boutillon, du Lycée Matisse de Vence, à propos du court-métrage The Beast, réalisé par Samantha Nell & Michael Wahrmann

Fai bei Sogni

« Le jeu d’acteur est d’autant plus remarquable que c’est un jeune garçon qui interprète de manière très réaliste l’enfance de Massimo. Ce film nous pousse alors à la réflexion : quelles conséquences peuvent avoir les mensonges de l’enfance, comment fait-on pour vivre avec ces angoisses ? »

- Mélissa Beck, du lycée Carnot de Cannes

 

 « La relation fusionnelle entre mère et fils est merveilleusement interprétée. Par un cinéma réaliste, Bellochio parle des séquelles, répercutions du passé ou de l’enfance à l’âge d’adulte. »

- Marwa Ben Dhiaf, du lycée Carnot de Cannes

 

« Ce drame est raconté avec douceur et légèreté, faisant opposition à la noirceur de l’œuvre adaptée. Ce côté tragique est accentué par le jeu d’acteurs formidables. Les nombreuses références musicales, notamment au rock, apportent une touche de réconfort mais n’effacent pas le mal-être du protagoniste. De plus, les amateurs de films d’horreur ont pu remarquer de nombreuses références cinématographiques, notamment à Belphégor. C’est justement ce qui selon moi fait de ce film un chef-d’œuvre : tout est parfaitement mesuré. »

- Maëlle Droon, du lycée Carnot de Cannes

Les Vies de Thérèse

« Ce film traite d’un sujet peu commun, la fin de vie, la vieillesse. Il nous retrace pendant presque une heure l’histoire de la fin de vie de Thérèse, femme aux idées avant-gardistes, et du souvenir qu’elle laisse à ses enfants et ses amis. […] Niveau mise en scène le film est assez classique mais efficace, on a beaucoup de plans fixes, et une réalisation qui se veut intimiste, restant toujours dans de petits espaces clos, au plus près de Thérèse ou de ses enfants. »

 

Hugo Barranco, du Lycée Cézanne d'Aix en Provence

 

 

« J'ai particulièrement apprécié la distance mise entre Thérèse et le réalisateur, qui permettait de rentrer dans le quotidien intime de Thérèse et de vivre avec elle, comme elle le souhaitait. la dégradation du corps, sans pour autant être intrusif. Un film engagé très émouvant, qui m'a beaucoup touché. »

 

- Louenn Calaydjian, du Lycée Cézanne d'Aix en Provence

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© lyceensaucinemapaca